Roland Charles WAGNER

Publié le par Françoise Boutet

Wagner-RolandC_2009.jpg

 

Roland Charles Wagner, est né le 6 septembre 1960  est un écrivain français de science-fiction à tendance souvent humoristique.

 

Depuis ses débuts professionnels en 1981, il a publié une centaine de nouvelles et une cinquantaine de romans, qui lui ont valu, entre autres, le Prix Tour Eiffel, plusieurs Prix Rosny aîné et le Grand Prix de l'Imaginaire.

 

C'est avec un humour tantôt grinçant tantôt désopilant, que Roland C.Wagner s'attache, depuis le début des années 1980, à dénoncer les dérives de l'impérialisme au travers textes engagés comme La saison de la sorcière, pax Americana ou plus récemment L.G.M.

 

Ce qui ne l'empêche ni de rêver à des mondes lointains (Le chant du Cosmos, Les aventuriers des étoiles), ni de s'amuser (Les futurs mystères de Paris).

 

Les Futurs Mystères de Paris mettent en scène un détective privé « transparent » répondant au nom de Temple Sacré de l'Aube Radieuse.

Commencé en 1996 avec La Balle du néant, ce cycle auquel appartiennent notamment  Le Chant du cosmos (1999), space opera décrivant un jeu mental fortement inspiré du go.

 

Il est l'inventeur du concept de la psychosphère qui imprègne l'Histoire d'un Futur et a eu l'idée du terme Aya, pour désigner une intelligence artificielle dans son roman La balle du néant.

 

Après avoir décrit avec férocité dans La Saison de la sorcière (2003) une France ultra-sécuritaire du proche futur envahie par les États-Unis qui lui a valu les prix Bob-Morane et Rosny-Aîné 2004, il revient au space opera avec Le Temps du voyage (2005), un roman d'aventures vancien et picaresque qui mêle aventures et réflexion sur le colonialisme.

 

Quant à Pax Americana (2005), il traite de manière réaliste et humoristique des conséquences à l'échelle mondiale de la déplétion pétrolière.

 

Il est l'auteur d'une biographie uchronique de H. P. Lovecraft ( HPL (1890-1991)) et de nombreux pastiches d'auteurs de science-fiction reconnus, notamment Les trois lois de la sexualité robotique.

 

Il a également traduit en français des auteurs comme Norman Spinrad, Arthur C. Clarke, Jack Vance, Stephen Baxter ou Catherine Asaro — les deux derniers en collaboration avec Sylvie Denis.

 

Il lui arrive aussi d'écrire des paroles pour des groupes de rock, dont Brain Damage dont il est également le chanteur.

 

Roland C. Wagner a écrit sous de multiples pseudonymes dont Richard Wolfram, Henriette de la Sarthe, Paul Geeron, Red Deff.

 

Sources

Photographie : NooSfere (c) Jérôme Lavadou, 2009

Texte : Wikipedia

Publié dans Dossier de presse 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article